dominique mulhem

dominique
mulhem

Painter

Joined on 2009, 13 February
Last login on 2011-10-14

Theme : Contemporary

Technique : Acrylic

My details

VEKAVA Art contemporain
140, Avenue des Champs Elysées
75008 paris
France
06 80 94 55 02
Send me an e-mail
Visit my website

My gallery

VEKAVA Art contemporain
140, Avenue des Champs Elysées
75008 PARIS

On appointement

ZONES CREPUSCULAIRES

Mulhem promène son regard sur la société qui nous entoure, et restitue comme il le ressent le reflet d'un monde pixélisé sur fond de paillettes. Ce n'est ni une critique, ni une allégorie, seulement un plaisir sensuel de peindre et de partager des émotions.

Son travail a une approche technique et sensorielle. La technique est un pointillisme moderne il peint des accumulations des petites formes qui par l'aspect, la dimension et la couleur révèlent des portraits, des corps, des objets ou des scènes. Il trompe l'oeil et surtout l'esprit. Dans son texte 'Le regard du dedans' Pierre Restany dit de Mulhem, 'si il nous prend au piège c'est pour nous aider à mieux voir au dedans et du dedans'. Ces différentes lectures de loin, de près ou de côté, créent une interactivité entre l'artiste, l'oeuvre et le spectateur. Nous sommes dans un monde en mouvement et Mulhem nous invite à une autre forme de création, celle du regard participant.

La forme de son travail est proche du pointillisme. Cette technique est née en France sous l'impulsion de Georges Seurat puis de Paul Signac, avec notamment La Baignade à Asnières. Dominique Mulhem y a vécu dans son enfance, au bord de la Seine à côté du pont de chemin de fer. Il a joué dans ce périmètre peint par Renoir, Bernard, Monet, Van Gogh, Signac et a été comme ces enfants au bord de la Seine peints par Seurat. Lorsqu'il a commencé à dessiner, c'était ces mêmes lieux qu'il représentait. Son travail reprend par sa forme la technique impressionniste du pointillisme et par son contenu l'esprit du Pop Art et des nouveaux réalistes et si ses accumulations de points rappellent des galets positionnés dans la structure méditative des jardins Zen ce n'est pas un hasard, Mulhem prend le temps de voir, d'écouter, de comprendre et d'apprécier.

Le crépuscule est divisé en deux parties: l'une qui suit le coucher du Soleil et l'autre qui précède son lever. Les Twilight Zones ou Zones crépusculaires sont une pensée positive aux jours sans grande importance de l'histoire humaine et des histoires personnelles. Dans les Zones Espace/Temps, Mulhem est à contre-courant de toutes les pensées. Ses superpositions d'images qui ont pour lui une forte homologie, conduisent à penser différemment les événements et les histoires. Il est là, anti-surréaliste cherchant une analogie plutôt qu'un antagonisme. Dans les Zones Espace/ Désir, Espace/Espace, Espace/Lien, Espace/Contenu … il explore d'autres univers, les corps qui deviennent paysages, les objets de la mythologie quotidienne et les rapports avec le désir et le plaisir de regarder. Le monde n'est plus vu de façon binaire mais dans une projection en quatre dimensions.

Mulhem n'est pas un "Serial Painter" qui pendrait toute sa vie le même tableau, il est un "No Limit Painter", qui nous emmène au plus près de la beauté des choses dans une recherche esthétique en perpétuelle évolution. Au moment où l'art devient en retard sur le monde, Mulhem le devance par ses inventions picturales

Valérie Salva de Villanueva